Sélectionner une page
Les journées européennes du patrimoine, c’est ce week-end !

Les journées européennes du patrimoine, c’est ce week-end !

Cette année fête le 39è anniversaire des journées européennes du patrimoine. Elles ont lieu ce week-end 21 et 22 septembre ! Pour cette édition c’est le thème des « Arts et divertissements » qui a été choisi. Ces Journées du patrimoine sont organisées chaque année par le ministère de la Culture et de la Communication. C’est ensuite une collaboration entre les directions régionales des affaires culturelles, les propriétaires publics et privés des monuments historiques, le Centre des monuments nationaux, le réseau des Villes et Pays d’art et d’histoire, la Fondation du Patrimoine et les associations de sauvegarde du patrimoine qui œuvrent pour ouvrir les lieux au public.

Les journées européennes du patrimoine en chiffres !

L’édition 2019 annonce 17000 lieux ouverts, plus de 26000 animations et 50 pays européens participants ! Le thème de l’édition 2019 « Arts et divertissements » a été choisi pour la multiplicité de ses facettes. Depuis toujours les divertissements occupent une part importante dans la société. Le patrimoine des loisirs et des divertissements est donc très varié et abondant. Les monuments liés aux divertissements restent souvent encore en usage. Malgré cela, ils sont encore peu à être classés ou inscrits en tant que monument d’histoire. Mais leur visibilité dans le paysage et l’engouement du public pour ses endroits prévoient de faire de ce week-end un succès.

Le patrimoine des spectacles à Nantes.

Les lieux de spectacles sont très souvent empreints d’histoire. Ils invitent ce week-end le grand public à porter un regard nouveau sur leurs murs ! C’est le cas par exemple du théâtre Grand T à Nantes. Propriété du Conseil général de Loire-Atlantique, il est construit sous le nom d’Espace 44 en 1982. Construit sur des plans de l’architecte Claude Jeffroy, le projet initial conduit à la réalisation d’une salle de 857 places avec un hall d’accueil, un restaurant et des annexes techniques. Une visite guidée vous accompagne dans sa découverte.

 

Rendez-vous en Terres photographiques !

Rendez-vous en Terres photographiques !

Un titre explicite imaginé par la mairie de Carquefou pour cet évènement estival autour de la photo ! L’évènement a lieu du 14 juin au 29 septembre, au Manoir des Renaudières autour du thème du « Jeu – je ». L’occasion de proposer des expositions mais aussi de l’interactivité avec les visiteurs. À cette occasion c’est une trentaine d’artistes se réunissent pour partager leur art avec les Carquefoliens invités à rentrer dans le cadre. Regardons de plus près ce que ces Rendez-vous en Terres photographiques nous réservent.

Un programme interactif !

Pour commencer le « Who’s who » ! Plus de trente photographies grands formats qui proposent des visages mis en scène et détournés de Carquefoliens. Les clichés ont été pris en mars par Grégory Voivenel, dans le studio mobile appelé le camt’art et sont aujourd’hui dévoilés au public. Ensuite vient le portrait chinois de la ville. Par le biais de vidéos, associées aux images les artistes posent la question : « Si Carquefou était, pour vous, une couleur, ce serait ? ». L’occasion de se rendre compte de la manière dont les habitants perçoivent leur ville ! Les enfants sont aussi intégrés à l’évènement. Des ateliers scolaires ont en effet eu lieu avec des élèves des écoles maternelles et primaires afin d’amener à une réflexion sur l’image, sur le cadrage et sur la mise en scène des photos.

Pour les pointus !

Rendez-vous en Terres photographiques c’est aussi la mise à l’honneur d’un artiste coup de coeur. Avec la très originale exposition de François Dourlen qui détourne la réalité à partir de personnages fictifs célèbres. Les visiteurs sont d’ailleurs encore une fois invités à détourner leur propre environnement à la manière de Dourlen et partager leurs clichés. Certaines expositions seront ainsi proposées en ce que l’on appelle « exposition augmentée ». Cela veut dire qu’à l’aide de votre téléphone, vous pourrez scanner certains endroits de l’expo pour accéder à des contenus supplémentaires.

 

Nantes vous invite à prendre de la hauteur!

Nantes vous invite à prendre de la hauteur!

L’arrivée de l’été à Nantes résonne avec un rendez-vous bien attendu des Nantais : le VAN. Autrement dit le Voyage à Nantes qui propose le long d’une ligne verte, des œuvres éphémères. Ces œuvres inspirent à regarder la ville autrement, avec humour et poésie, souvent d’un ton décalé. Cette année c’est un artiste Japonais qui est aux commandes de 2 projets. Les nids du Van mais aussi un projet permanent qui est le belvédère de la carrière Miséry.

Les nids du VAN.

Les nids du Van sont une création originale de Tadashi Kawamata. Vous pourrez les voir cet été partout dans le centre-ville de Nantes. Du toit de la gare nord à la Butte Sainte-Anne, cachés dans les arbres ou sur les façades, ils invitent les passants à lever la tête ! Uniquement visibles d’en bas et complètement inaccessibles pour nous humains, ils apparaissent comme si les éléments avaient naturellement assemblé ces planches en sculpture. Sauf qu’ici l’élément c’est l’artiste qui construit chacun de ses nids directement sur place !

Le belvédère de Tadashi Kawamata.

L’artiste japonais poursuit sa résidence nantaise avec une œuvre cette fois permanente, à l’inverse des nids ! Il s’agit donc d’un promontoire perché en haut de la carrière Miséry près de la butte Saint-Anne. Le but est d’offrir un nouveau point de vue au Nantais sur leur ville. Il sera inauguré dans un mois : le 6 juillet et sera ouvert en journée et bien évidemment gratuit ! Question design, lui aussi sera habillé de bois pour former encore une fois une sorte de nid. L’aboutissement d’un projet démarré il y a 4 ans par l’artiste ! Ce belvédère s’intègre à un parcours que en rassemble en tout pas moins de 7 dont trois nouveaux de la rue de l’Hermitage à la carrière de Miséry.

 

Le marché de Talensac

Le marché de Talensac

De nos jours, les marchés sont monnaies courantes. Mais ce ne fût pas toujours le cas ! Tout est parti de l’idée du troc. Il a ainsi commencé à se démocratiser notamment pour les produits alimentaires de base entre 2 personnes. Puis la démographie et les besoins de chacun augmentent alors le modèle évolue. Rapidement on se retrouve dans un même lieu où sont rassemblés les produits vitaux. C’est le début des marchés ! À Nantes nous en avons un bien connu, il s’agit du marché de Talensac à côté de la place des 50 otages.

Le marché de Talensac à la place de l’abattoir.

Cela remonte à 1933. À l’époque le maire de la ville Léopold Cassegrain, décide de transformer les abattoirs par un marché central. Son exigence est qu’il propose une partie couverte dédiée à la viande, une partie semi-couverte pour les poissons fruits et légumes. Et une dernière, à l’air libre, réservée aux marchands de biblots, vêtements et autres. Les architectes en charge du projet livrent ainsi un marché qui se développe à partir de son centre sur 3 niveaux. Sa construction se termine trois ans plus tard, à l’été 1934. Mais le marché de Talensac ne sera officiellement inauguré qu’en 1937.

Un marché bientôt centenaire !

Le marché de Talensac récolte à l’époque tous les suffrages. Qualifié par un journal local de « véritable palais », il est le premier et seul marché couvert de la ville. Sa position ainsi que la qualité et la diversité des produits qu’il propose en fait un des principaux marchés de Nantes. Il est ouvert tous les jours sauf le lundi de 7h à 13h. Il reste ouvert tous les jours fériés de l’année y compris les lundis ! Si comme le chef du restaurant « L’Ardoise » vous ne jurez que par des produits frais, Talensac deviendra votre incontournable !