Sélectionner une page
Les origines du Cheesecake!

Les origines du Cheesecake!

En 1545, le premier livre de cuisine est imprimé. Il décrit le cheesecake comme un aliment sucré à base de farine.  Alors que beaucoup supposent que le Cheesecake nous vient tout droit de New York, son existence remonte en fait beaucoup plus loin. Remontons plus de 4000 ans en arrière dans la Grèce antique !

Le Cheesecake, une recette Grecque…

Le premier « Cheesecake » a surement été créé sur l’île grecque de Samos. Des anthropologues y ont trouvé des moules à fromage datés d’environ 2000 avant JC. Le fromage et les produits fromagers existaient probablement depuis des milliers d’années avant cela. En Grèce, le cheesecake était considéré comme une bonne source d’énergie, et il est prouvé qu’il a été servi aux athlètes lors des premiers jeux olympiques en 776 av. JC. Les épouses et les mariés grecs étaient également connus pour servir le cheesecake comme gâteau de mariage. Les ingrédients simples : la farine, du blé, du miel et du fromage ont été transformés en gâteau et cuits au four. C’était la recette originale bien éloignée des recettes plus compliquées disponibles aujourd’hui !

…volée par les Romains !

Lorsque les Romains ont conquis la Grèce, la recette du cheesecake n’est alors qu’un butin de guerre. Ils l’ont modifié, y compris le fromage écrasé et les œufs. Ces ingrédients étaient cuits sous une brique chaude et servis chauds. Les Romains appelaient leur gâteau au fromage « libuma » et ils le servaient lors d’occasions spéciales. Marcus Cato, un politicien romain au premier siècle avant J.-C., est reconnu pour avoir enregistré la plus ancienne recette de gâteau au fromage romain connue. Alors que les Romains étendaient leur empire, ils ont apporté des recettes de cheesecake aux Européens. Dans chaque pays d’Europe, les recettes ont commencé à prendre différentes formes culturelles, en utilisant des ingrédients originaires de chaque région.

 

 

 

Pourquoi cuisiner dans une poêle en fonte ?

Pourquoi cuisiner dans une poêle en fonte ?

Que ce soit pour faire frire du bacon, saisir des pommes de terre, saisir un steak, cuire un gâteau ou faire sauter des légumes, une poêle à frire en fonte est tout ce dont vous avez besoin. L’une des principales raisons pour lesquelles les gens choisissent ce type de poêle pour cuisiner est qu’elle peut être utilisée pour presque n’importe quoi. Mais Il y a beaucoup d’autres raisons pour lesquelles la fonte domine les plus fines cuisines et dans toutes les cuisines du pays. Que ce soit pour des raisons sanitaires ou culinaires elle sera un allié… de poids !  

Meilleure pour la santé.

Pour commencer la fonte ne contient aucune substance chimique nocive. Le Teflon en revanche contient des perfluorocarbures responsables de ménopauses précoces et autres problèmes de santé. Ensuite en cuisinant avec de la fonte vous évitez de rajouter trop de matières grasses. Un simple coup de spray suffit. Et la santé de votre cœur vous en remerciera. Aussi, la fonte augmente la teneur en fer de la nourriture. Dans une étude peu connue de 1965, les chercheurs ont mesuré la teneur en fer de 7 aliments cuits dans de la fonte ou du verre. Les aliments acides et ceux cuits pendant plus longtemps accumulent le plus de fer !

Plus facile pour cuisiner.

En effet avec une poêle en fonte, fini les aliments qui collent au fond de la poêle. Même vos œufs aux plats ne seront pas détruits en essayant de les détacher du fond de votre poêle ! Ensuite la fonte conserve la chaleur, il sera donc plus facile de conserver vos préparations chaudes avec ce matériau. Et en plus votre poêle en fonte est durable. Notez qu’en plus de son faible coût, même abimée la fonte peut être restaurée très facilement ! Finalement la fonte est quasi impossible à cramer puisqu’elle supporte des températures avoisinant les 300° et n’importe quel support : gaz, électrique, induction et même vitrocéramique.

 

 

Tout sur le Jambalaya !

Tout sur le Jambalaya !

Le Jambalaya prend ses racines en France, en Espagne, en Afrique, dans les Caraïbes et dans les Amériques ! C’est un véritable melting pot de cuisines et de cultures. Ce n’est pas tant un plat importé qu’un plat crée par les gens réunis au même endroit. Vous pourrez donc commander un jambalaya tous les jours et ne jamais avoir le même plat ! Concrètement, c’est un repas populaire du sud des États-unis, en particulier en Louisiane, son État d’origine. Ni soupe, ni ragoût, c’est un mélange de riz, de légumes, d’épices et de viandes, de fruits de mer ou des deux !

Un plat, deux traditions !

Il existe deux traditions distinctes de jambalaya, le cajun et le créole. Traditionnellement, le cajun comprend du jambon, des saucisses fumées, du poulet ou même du gibier. Il est cuisiné sans tomate. Tandis que le jambalaya créole utilise des tomates et mélange des fruits de mer plutôt que de la viande. Cependant, les traditions de jambalaya se sont mélangées et empruntées les unes aux autres au fil du temps. Ainsi les familles ont élaboré leurs propres recettes, et à présent chaque assiette de jambalaya est un peu différent des autres.

Que veut dire « Jambalaya » ?

Les origines du mot jambalaya sont pour le moins incertaines. Selon une théorie commune, le mot « Jambon » était mélangé au mot africain «Aya» qui signifie riz. Une autre théorie se base sur l’histoire d’un voyageur qui séjournait dans une ancienne maison d’hôtes en Louisiane et demande une nuit à son cuisinier, nommé Jean, de «mélanger des ingrédients ensemble» en français. La phrase résultante – “Jean, balayez!” Est finalement devenue “jambalaya”. Un dernière théorie avance que le mot “jambalaya” est basé sur le mot provençal “jambalaia”. Ce mot apparait pour la première fois dans un dictionnaire français-provençal de 1878. Et se définit comme un méli-mélo ou une canaille, un peu comme le plat lui-même !

 

 

Les origines alchimiques du bain-marie

Les origines alchimiques du bain-marie

Qui a un tant soit peu feuilleté des livres de cuisine aura croiser l’expression “bain marie”. Il s’agit en effet d’un mode de cuisson qui consiste à placer l’aliment dans un récipient plongé dans un autre récipient rempli d’eau en ébullition. Mais pourquoi l’appelle-t-on bain marie ? Les origines de cette expression remontent au 3è siècle avant Jésus Christ. Elles prennent leurs racines dans le vocabulaire alchimique quantique de l’époque. Elle est aussi liée à une certaine Marie, pionnière de la pratique. On lui attribue également l’origine de certains ustensiles de laboratoire et l’emploi de la technique comme outil.

Marie « La juive ».

Elle est l’auteur du livre « Sur les fourneaux et les instruments » qui décrit des outils et autres instruments de métal, de verre et d’argile, utilisés pour la cuisson ou la distillation. Le dispositif le plus célèbre qui lui est attribué est alors le bain-marie. Même si la technique a peut-être été utilisée plus tôt dans la médecine grecque, elle reste attribuée à Marie la Juive qui lui donne son nom. D’autres outils sont attribués à cette fameuse Marie. C’est le cas du tribikos, un alambic en cuivre disposant de trois vases récepteurs. Ou encore de la kérotakis, un alambic en vase clos permettant aux alchimistes de soumettre des métaux à l’action de différents vapeurs.

Pionnière de l’alchimie.

Marie la juive est considérée comme l’une des quatre femmes alchimistes, dont Cléopâtre fait partie, à pouvoir produire la pierre philosophale. Les alchimistes attribuent à cette pierre trois propriétés essentielles. La première est de changer les métaux vils en métaux précieux, comme l’or. Le second de guérir les maladies. Et enfin de prolonger la vie humaine au-delà de ses bornes naturelles. Elle fut ainsi parmi les premières à « combiner les théories de la science alchimique avec la chimie pratique des traditions artisanales » ce qui lui vaut d’être considérée comme l’une des fondatrices de l’alchimie et la chimie du monde occidental.